Journal de campagne Verdun: Satané Valls !

Mardi 13 septembre 2016.

En route pour Verdun et l’Ossuaire de Douaumont

Reims se trouve à quelques 120km de Verdun par l’autoroute A4. Notre voyage commençait véritablement. Sortant de l’autoroute, nous nous arrêtâmes sur une aire prévue à cet effet et là, misère de misère, vous comprendrez pourquoi dans ce qui suit, nous vîmes un défilé de cars de CRS et de Gendarmerie et entendîmes, plus que ne vîmes, le bruit assourdissant d’hélicoptères en vol. Nous avons pensé tout de suite à quelque acte terroriste perpétré sur notre route. Sentiment encore renforcé à l’approche de Verdun.

En entrant dans la ville du côté de  la Citadelle de Verdun et ses hauts murs, nous étions persuadées que quelque évènement grave venait de s’y dérouler: il y avait des forces de police et des hommes en armes postés à tous les carrefours plus nous avancions vers le centre historique de Verdun et de La Meuse pour franchir le pont en direction de Douaumont. Et là, toujours des hommes en armes!! Nous réussîmes à garer notre voiture non loin du centre ville. Retour vers  la ville à pieds. Toujours des hommes en armes partout qui nous interdirent de longer le fleuve dans sa plus belle partie 😦 Nous ne comprenions pas ce que ce passait. Traversée du pont et là quelqu’un finit par nous dire qu’une visite ministérielle était prévue ; les habitants de Verdun rencontrés n’avaient pas l’info 😦 Tous se demandaient ce qui se passait mais étaient “plus cool” que nous, étant habitués à toutes sortes de manifestations depuis les cérémonies de commémoration de la guerre 14/18 qui, disons-le franchement, les agaçaient au plus haut point, bloquant leur ville.

Nous finîmes par apprendre que c’était Le Premier Ministre qui se déplaçait en grand équipage pour remettre à la ville de Verdun une décoration pour le centenaire de la bataille de Verdun, sans que ses habitants ne fussent vraiment associés. Grand équipage en effet: un vrai défilé monarchique avec motards, 8 à 9 voitures blindées aux vitres occultées ( ce qui est interdit pour le commun des mortels) , SAMU, camion de pompiers et enfin deux autres motards pour fermer la marche. C’est bien simple, j’aurais vu Louis XIV descendre de son carrosse, je n’aurais pas été plus étonnée que cela , c’est dire !  🙂 🙂  De plus, voir au cinéma ou à la télé, les services secrets oreillettes à l’oreille est une chose, voir se dérouler tout ceci devant nos yeux en est une autre. Déplacement en hélicoptère de Paris et énième manifestation mémorielle payés par qui au juste? La France est un pays en faillite, semble-til, alors? Un mot m’est revenu à l’esprit: gabegie dont voici la définition trouvée dans le Petit Robert ” Désordre résultant d’une mauvaise administration ou gestion. V. Gaspillage.”

Cantonnées de l’autre côté de la Meuse, nous assistâmes à tout ce barnum et entendîmes , en écho, de la musique militaire au loin et vîmes très peu de gens entourant les officiels. De notre côté de la Meuse, notre Premier vizir, se fit copieusement siffler mais sans que rien dans la presse locale,  ou nationale ne transpirât de tout ceci. 

p1130184

Cette matinée fut donc plus que perturbée pour beaucoup, pour nous en particulier, n’ayant pas des jours extensibles à notre disposition.

Ce ne fut pas fini.

Verdun inacessible, direction l’ossuaire de Douaumont. Quelque chose clochait! Installation de barrages sur la route qui y menait. Arrivée à l’ossuaire: parkings quasiment vides à part quelques fourgons des forces de l’ordre. Etrange, bizarre, personne à l’horizon. Ossuaire fermé. Visites annulées. Ossuaire privatisé toute la journée pour Valls et ses acolytes 😦 Mais ce n’est pas tout: petit à petit nous vîmes une compagnie entière de CRS, aidée par des gendarmes,  en pleine canicule, ratisser les bois et bosquets entourant la nécropole et prière de dégager. Une petite photo  prise à la sauvette, les 2 “mammies” durent obtempérer et aller “déguster ” leur sandwiches dans un lieu plus hospitalier, enfin, hospitalier est vite dit: le bruit des hélicoptères était toujours aussi assourdissant. Pendant ce temps, notre grand vizir, déjeunait dans un lycée hôtelier, où, je suppose, forces courbettes lui étaient prodiguées! Monarchie de moins en moins républicaine oblige!

p1130185

Récit de notre première visite à Verdun et à l’ossuaire de Douaumont. Pas top, je vous l’accorde, surtout après avoir traversé la France d’Ouest en Est,  nous sans hélico, sans être ni logées ni sustentées au frais de la princesse! Satané Valls! Paraît que ce fut pire quand les deux grands califes Hollande et Merkel y firent une apparition  le 29 mai 2016 

Contre mauvaise fortune, bon coeur! Nous restait le reste de l’après-midi pour rentrer sur Reims.

Suite de la journée dans le prochain article.