L’art créatif d’Edgar Degas (3/3) / Degas Creative art.

Edgar Degas a mis en scène les danseuses dans un univers corseté par les jeux de domination à l’Opéra . Loin de toute scène enchanteresse: sur un terrain d’affrontement aride, les enfants de Petites filles spartiates provoquant des garçons à la lutte, toile commencée en 1860, deviendront, “avec leurs mouvements déjà très chorégraphiques, les prototypes de ses futures scènes de ballet”. 

Edgar Degas painted his young dancers in a universe corseted by the games of domination at the Opera. Far from any enchanting scene,  on a field of arid confrontation, the children of Spartan girls provoking boys in the fight, a canvas begun in 1860, became, “with their already very choreographic movements, the prototypes of his future ballet scenes “.

Degas étudia le mouvement dans sa complexité et pour ce faire sculpta des nombreuses statuettes qui l’aidèrent à composer et dimensionner ses toiles. Le Musée d’Orsay a conservé certaines de ses sculptures expérimentales visibles au 5ème étage de ses galeries récemment rénovées.

 

 

 

 

 

 

Degas studied the movement in its complexity and to do so carved many statuettes that  helped him compose his paintings. The Musée d’Orsay has preserved some of its experimental sculptures visible on the 5th floor of its recently renovated galleries.   See above.

This slideshow requires JavaScript.

” Cadrages insolites, vues plongeantes, croisement des regards, éclairages tout en contraste: Degas ose tout, jusqu’aux prouesses techniques. Pour chaque scène, son type de peinture: l’huile pour les cours de danse, la poudre de pastel pour la féerie des ballets, le noir et le blanc pour les scènes de prostitution. Ça, c’est l’envers du décor…” ( Audrey Lévy)

“Unusual framing, plunging views, looks crossing each others, contrasting light: Degas dares everything even technical feats .For each scene, its type of paint : oil for dance lessons, pastel powder for the fairy ballets, black and white for prostitution scenes, that’s the other side of the coin… ” (Audrey Levy)