Notre Dame

Nous ne pouvions pas passer à Paris sans faire un détour par Notre Dame, et constater ce qu’il en reste. Première réaction: qu’elle est endommagée! Cette vieille Dame, si fragile, est comme un poignard dans notre coeur. Elle est là, abîmée, “outragée” comme l’aurait dit Charles de Gaulle mais toujours debout! Si fragile, je le répète! Elle me fait penser à ma si petite grand-mère chancelante. Elle est auscultée sous toutes les coutures et nombre de docteurs sont à son chevet. Lors de notre passage, des arcs boutants en bois avaient été installés pour soutenir ses frêles membres, des béquilles indispensables .

Quel crève-coeur! Elle est toute petite ( sa façade en contrebas de l’Ile de la Cité) , souffreteuse et si exposée aux intempéries. 

Et toujours ce cauchemar du feu la rongeant, l’anéantissant poutre par poutre dans un rugissement qui m’a semblé sans fin devant mon écran ! La flèche de Viollet- le- Duc se fracassant sur le toit restera pour tous un moment d’horreur et de panique. 

We could not go to Paris without a detour to Notre Dame, and see what is left of her. First reaction: it is very damaged! This old lady, so fragile, is like a dagger in our heart. She is there, damaged, “outraged” as Charles de Gaulle would have said but still standing!

So fragile, I repeat!  She makes me think of my small faltering  granny ! She is thoroughly examined and many doctors are at her bedside. During our visit, wooden flying arches had been installed to support her frail limbs, like most needed crutches . What a heartbreaker!  She looks so small, sickly and so exposed to bad weather 😦

This nightmare, still in my mind, with visions of the fire gnawing at the beams, one by one,  in a roar that seemed endless, alive ! When the cathedral’s spire crashed through the roof, horror and panic arose.